La maison passive, comment ça marche ?

La maison passive, comment ça marche ?

Une «maison passive» désigne tout immeuble qui consomme un minimum d’énergie tout en recyclant celle qu’il produit. Pour se chauffer, la maison passive utilise l’énergie solaire, la chaleur naturelle produite par ses occupants et la chaleur des appareils électriques dont ils se servent.

Le principe de la maison passive abandonne l’installation de chauffage polluant en répondant à des normes de conception et de construction très strictes, dégageant des économies de chauffage de l’ordre de 90% environ.

La maison passive, un projet exigeant !

Un habitat apte à réguler sa température, quelles que soient les conditions climatiques extérieures, répond à des normes strictes et incontestables. L’aide avisée d’un expert, architecte ou bureau d’étude, est positive pour se conformer aux contraintes de la «conception bioclimatique» dans un respect total de l’environnement et d’une consommation énergétique proche du zéro. Pour cela, l’expert s’appuie sur les calculs thermiques du PHPP (Passive House Planning Package).

L’observance de ces exigences impose que les ouvertures principales de la maison sont situées au sud tandis que sur la façade exposée au nord, les ouvertures sont minimales ; l’isolation est réalisée sur l’enveloppe de la maison, avec un isolant dont l’épaisseur est augmentée et des huisseries hautes performances équipent les fenêtres triple vitrage, munies de volets.

En étant quasiment hermétique, la maison passive est dotée d’un système de Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) à double flux, qui autorise la récupération de la chaleur de l’air évacué vers l’extérieur et renouvèle l’air intérieur en permanence.

Toutes ces exigences étant abouties, la température intérieure est quasiment constante, quelle que soit la saison.

Les «grands plus» de la maison passive !

Peu gourmande en énergie, la maison passive émet environ 10 fois moins de gaz à effet de serre qu’une maison traditionnelle ; assumant une démarche éco-responsable majeure.

De plus, le système de VMC supprime toute pollution massive ainsi que toute forme de dégradation due à l’humidité, amplifiant largement le confort de vie par rapport à celui d’un habitat classique !

Les «petits moins» de la maison passive !

Dans une maison passive, les factures d’énergie liées au chauffage sont pratiquement nulles, ce qui petit à petit, va amortir le surcoût lié à sa construction. Au démarrage du projet en France, le coût de la réalisation d’un tel édifice, est supérieur de 5 à 10% à celui d’une maison classique (environ), et pour que les économies soient immédiates, il faut aussi que les occupants de la maison passive modifient quelques unes de leurs habitudes. Par exemple, ne plus ouvrir les fenêtres en grand pour aérer : c’est la VMC qui s’en charge !

Dans tous les cas, soyez moderne aussi sur la méthode de financement de votre maison passive, pensez à la SCI (pour en savoir plus lisez donc un guide de la SCI).